La confédération franco-suisse

Cette page est la partie 2 de 5 de la série La Suisse envahit la France

quand la suisse s'eveillera, la suisse envahit la france, le monde du 25 novembre 1979 La conquête d’un pays est chose facile lorqu’on peut jouer de l’effet de surprise. Gagner le coeur des habitants du pays conquis est autre chose. Les Helvètes agirent avec beaucoup d’habileté. Ils exigèrent du gouvernement français la signature immédiate d’un traité portant création d’une confédération franco-suisse sous menace de publication de la liste nominative de tous les détenteurs d’un compte numéroté en Suisse avec indication précise du montant des dépôts de chaque compte. Tous les leaders politiques français – A l’exception des communistes et de quelques gauchistes- se prononcèrent pour une attitude compréhensive à l’égard des propositions de Berne et insistèrent sur l’opportunité du dialogue.

Alors qu’un ministre habile, et qui s’estimait promis à un bel avenir, s’apprêtait à demander la nationalité suisse, il fut gagné de vitesse par six décrets pris par l’occupant:

  1. Tout habitant de la fédération franco-suisse possède à la fois les nationalités française et helvétique;
  2. La rue Marignan est débaptisée et s’appellera désormais avenue du 30 juin 1980;
  3.  Toutes les voitures officielles sont supprimées. Les responsables politiques français se rendront désormais à leur bureau en utilisant les transports en commun. La première classe sera supprimée dans le métropolitain;
  4. Les sept millions de chiens français devront faire leurs besoins dans les ruisseaux sous peine d’amende;
  5. La monnaie de la Confédération est le franc suisse. Un échange de billets interviendra incessamment à raison de 2 francs français contre un franc suisse.
  6. Les dispositions précédentes seront soumises à référendum au mois de septembre prochain ainsi qu’une constitution qui sera élaborée dans les six prochaines semaines par une commission mixte d’experts.

Envoyer cet article à un(e) ami(e) Envoyer cet article à un(e) ami(e)

Page précédente <<----->> Page suivante<< L’attaque militaireL’entrée en résistance >>
FacebookGoogle+LinkedInautres

Envoyer un commentaire

  

  

  

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>